L’écomusée et ses activités

Isaura, la ville aux mille puits, s’est élevée présume-t-on sur un profond lac souterrain. Partout où ses habitants, creusant dans la terre de longs trous verticaux, ont réussi à trouver de l’eau, jusque-là et pas plus loin, la ville s’est étendue : son périmètre verdoyant répète celui des rives obscures du lac enseveli, un paysage invisible est la condition du paysage visible.

Italo Calvino, Les villes invisibles

introduction


il Campo Osoppo-Gemona visto dal Cuarnan Se détachant comme une nouveauté dans le panorama des musées, l’écomusée est un procès dynamique par lequel les communautés conservent, interprètent et valorisent leur patrimoine en vue d’un développement soutenable. Il concerne un territoire homogène et s’étend au-delà des bâtiments pour embrasser les paysages, les panoramas, les aspects physiques et biologiques, les œuvres de l’homme, bref tous les éléments centrés sur le territoire, le caractérisant et le qualifiant. Non seulement l’écomusée conjugue aisément la sauvegarde de la nature et la valorisation et conservation du patrimoine culturel, mais encore il favorise un développement répondant aux exigences de la population, puisqu’il ambitionne de préserver la mémoire collective et historique du lieu et qu’il se propose comme une entité en évolution qui s’enrichit des apports des initiatives activées.

En l’occurrence, l’Ecomuseo delle Acque del Gemonese veut documenter, récupérer et interpréter la mémoire historique, la vie, les personnages et les faits, la culture matérielle et immatérielle, les relations entre le milieu naturel et celui anthropique, les traditions, les activités, les modes de vie et de travail, les productions locales, aussi bien que l’influence exercée par les établissements et les œuvres de l’homme sur la formation et l’évolution de la plaine de Osoppo-Gemona (appelée Campo, litt. Champ), une unité géographique très riche en environnements humides et œuvres hydrauliques. L’homme agit sur ce territoire depuis des siècles, en prélevant les eaux, en administrant le réseau hydrographique, en creusant des fossés d’irrigation, en construisant des endiguements et des usines et en produisant de l’énergie. L’écomusée vise à orienter le développement futur du territoire dans un cadre de soutenabilité environnementale, économique et sociale, de responsabilité et de participation des sujets publiques et privés et de toute la communauté locale.

histoire

Quali leggi per gli Ecomusei - Buja maggio 2006En 2000, en gagnant un concours pour des projets de tourisme reposant sur les ressources locales, la municipalité de Gemona del Friuli et la Coopérative Utopie Concrete ont bénéficié d’un financement de Prealpi Leader – GAL del Gemonese. Le projet spécifique, appelé “Centro di Educazione Ambientale Mulino Cocconi“, a entraîné la création, à Ospedaletto di Gemona, d’une Station pour la didactique et l’éducation environnementale, avec un Musée de l’art meunier et un Centre de documentation, afin de valoriser et promouvoir toute la région autour de Gemona.

C’est la première fois que le modèle de l’écomusée est introduit dans la région: il se présente comme une conception avancée de musée du territoire, où on définit un parcours de lecture du territoire même par l’interprétation de documents, produits, bâtiments et attestations orales. L’objectif  de cette initiative est “la récupération de la valeur de la nature, du paysage et de la mémoire liés à la présence et à l’usage de l’eau dans la région de Gemona, jusqu’à arriver à la promotion d’un écomusée”.

En 2003, l’écomusée est invité à la première rencontre nationale des écomusées dans la ville piémontaise de Biella et il est inséré dans le catalogue “Ecomusei. Guida europea” de Maurizio Maggi, publié par Allemandi.

En 2004, à l’occasion du premier congrès régional sur les écomusées “Il territorio racconta”, naît l’Association CEA Mulino Cocconi - Ecomuseo delle Acque del Gemonese dans le but de promouvoir et gérer l’écomusée et associer activement la population locale. L’Ecomuseo delle Acque signe la Déclaration de propos de Sardagna (Trento), qui spécifie les buts et les objectifs de tout écomusée, et il est inclus dans le Réseau européen des écomusées Mondi Locali. Entre temps, par des conventions spécifiques, les municipalités de Artegna, Buja, Majano, Montenars et Osoppo rejoignent Gemona dans le projet de l’écomusée.

En 2006, l’Ecomuseo delle Acque del Gemonese est reconnu d’intérêt régional aux termes de la loi régionale no. 10 du 20 juin 2006 “Institution des Ecomusées de la région Frioul-Vénétie Julienne”.

En 2009, l’Ecomuseo delle Acque del Gemonese est promoteur du Réseau régional des écomusées du Frioul-Vénétie Julienne. Il signe un protocole d’accord avec les écomusées Lis Aganis et Val Resia pour créer un comité de coordination dans le but d’optimiser les ressources, favoriser l’échange d’expériences et le transfert de bonnes pratiques, promouvoir des occasions de comparaison et débat sur le modèle de l’écomusée en tant qu’instrument privilégié pour le développement soutenable du territoire et concerter les initiatives et les actions communes à niveau local, régional et national.

territoire

il lago Minisini e la piana vista da nordL’Ecomuseo delle Acque del Gemonese concerne le territoire d’une particulière unité géographique, la plaine de Osoppo-Gemona, qui se trouve au centre de la région Frioul-Vénétie Julienne. Complètement entourée du relief préalpin et des collines, cette plaine alluviale est sillonnée à l’ouest du fleuve Tagliamento, qui est l’auteur de sa formation. Elle déroule d’un vaste lac qui s’étendait au nord des collines morainiques immédiatement après le retrait du glacier du Tagliamento il y a 10000 ans. Mais ce grand lac n’a pas disparu, il survit encore dans les vides laissés entre les grains de gravier qui l’ont rempli: aujourd’hui il constitue la large nappe phréatique s’étendant à quelques mètres de profondeur et émergeant dans certaines conditions, en créant ainsi un complexe système de résurgences de grand intérêt naturaliste.

Dans la zone de l’écomusée, il y a un grand nombre de saillies, naturelles et anthropiques, liées entre elles par leur histoire géologique et par une activité matérielle commune, celle de l’exploitation de l’eau pour l’irrigation, la production et l’usage domestique : tout cela montre que le territoire n’est pas fait seulement de milieux, avec leurs composants abiotiques et biotiques, mais aussi de l’histoire des hommes qui l’ont habité et travaillé dans le passé (et qui continuent à le faire aujourd’hui) et des traces qui ont marqué son paysage. Aux nombreux sites naturels (sources, lacs, torrents, fleuves) s’ajoutent, donc, les nombreuses manifestations de la culture matérielle et immatérielle (ouvrages de prise, fossés d’irrigation, moulins, puits, lavoirs, mais aussi pratiques de vie et de travail, savoirs traditionnels, productions locales) qui constituent un vrai système à visiter, lire et interpréter par un réseau de parcours à pied et à vélo.

L’écomusée est devenu la clé d’interprétation du territoire en se proposant comme un instrument et un moyen de promotion du patrimoine environnemental qui précise l’identité des lieux. En particulier, le territoire de Gemona et de ses alentours présente une vocation didactique exceptionnelle et peut jouer le rôle de grand laboratoire formateur, où les citoyens, pas seulement les étudiants, peuvent chercher les témoignages de leur culture et de leur histoire et surtout les éléments du milieu qui ont provoqué ces événements culturels et historiques et qui sont décisifs pour assurer leur continuité.

siège

il mulino Cocconi sede dell'Ecomuseo />Le siège opérationnel de l’Ecomuseo delle Acque del Gemonese est le Moulin Cocconi, au centre de Borgo Molino à Ospedaletto di Gemona. Les origines du moulin sont très anciennes, même si la structure actuelle remonte au début du 19ème siècle. Déjà en 1431 un “moulin à scie” appartenant à Martino De Brugnis existait dans la même localité. Au début du 19ème siècle, la famille Cocconi acheta le bâtiment et en releva l’activité. Le style de la construction, qui accueillait la salle des meules au rez-de-chaussée et le logement du meunier au premier étage, est simple et austère, mais des détails dans les encadrements en pierre des fenêtres suggèrent que le bâtiment appartenait à une famille aisée. Après les graves dommages causés par le tremblement de terre de 1976, le moulin a été restauré et les œuvres de consolidation des murs extérieurs ont permis de récupérer les façades à pierre vue.

Le moulin Cocconi accueille un Centre d’Education Environnementale, qui a été reconnu par le Ministère de l’Environnement dans le cadre du projet INFEA et inclus dans le Réseau régional de l’Education Environnementale. Il représente un centre d’expérience et d’interprétation et il se propose comme un point de repère culturel, de rencontre et de coordination à la disposition de tous ceux qui s’intéressent à des questions environnementales. Le Centre peut offrir aux citoyens, notamment aux enseignants et aux étudiants, des opportunités et des instruments didactiques pour connaître la géographie, la nature et le paysage de la région de Gemona. La morphologie de l’environnement préalpin et de la plaine de Osoppo-Gemona, la vie végétale et animale et les interventions humaines pendant les siècles y sont documentées, tout en gardant l’eau comme fil rouge.

Trois sections sont actives à l’intérieur de la structure: la Station didactique organisée comme un centre pour l’interprétation du territoire avec des expositions et des salles didactiques; le Centre de documentation, une riche bibliothèque du territoire constamment mise à jour et des “archives de la mémoire” réunissant de nombreux vidéos et enregistrements sur les lieux et les savoirs de la culture matérielle; et le Musée de l’art meunier, inséré dans le réseau des musées de la Province de Udine et accueillant un moulin à meules du 18ème siècle et un moulin à cylindres de la fin du 19ème siècle.

Le Centre promeut bien d’activités d’information, formation et éducation environnementale: des expériences de laboratoire, des visites et des excursions guidées, des stages de mise à niveau et des cours de spécialisation, des rencontres et des débats.

activités

L’Association CEA Moulin Cocconi – Ecomuseo delle Acque del Gemonese réalise plusieurs activités conformément aux buts établis par la loi régionale 10/2006:

a) pour renforcer le sens d’appartenance des identités locales, elle recueille et gère des informations, des données et des documents qui doivent être cataloguées et utilisées pour la définition de programmes de promotion et initiatives de valorisation;

gruppo di lavorob) pour activer la communauté et les institutions et les faire participer directement aux procès de valorisation, recherche, jouissance active et promotion du patrimoine culturel, social et environnemental, y compris les savoirs transmis et les traditions, elle favorise les relations et les échanges d’informations avec de différentes institutions et associations locales, régionales, nationales et internationales et elle organise des activités culturelles promouvant l’information, le débat et la réflexion dans les domaines de la transmission des savoirs, de l’éducation environnementale et de la gestion soutenable des ressources;

c) pour conserver, restaurer, réhabiliter et valoriser des milieux traditionnels de vie et transmettre les témoignages de la culture matérielle et immatérielle des populations locales, elle développe des activités d’étude et documentation sur des sujets d’intérêt naturaliste, historique, artistique et culturel, en promouvant et en organisant des visites d’études, des excursions guidées et toute initiative visant à approfondir et encourager la connaissance et la valorisation du patrimoine de l’écomusée;

d) pour promouvoir et supporter les activités de recherche scientifique et didactique sur l’histoire et les traditions locales, elle organise des cours de formation, des séminaires, des congrès, des campagnes d’information et des expositions et elle crée, publie et distribue des matériels scientifiques, naturalistes, didactiques et touristiques;

e) pour récupérer et employer, dans les différentes activités, les langues originales d’usage, elle offre des consultations didactiques aux écoles de tout type et tout niveau, en promouvant des programmes d’éducation interculturelle et scientifique dans la langue locale pour les étudiants et des stages de mise à jour pour les enseignants.